J'ai testé une rando gourmande

Publié le par Nelly

 Un kilomètre à pied ça use, ça use.

Un kilomètre à pied ça use les souliers

...

Douze kilomètres à pied ça use, ça use.

Douze kilomètres à pied ça fait de beaux fessiers.

 

Hormis le fait que mes fessiers sont plus toniques, cette rando gourmande organisée par le comité d'animation de Saint Urbain m'a procuré beaucoup de plaisirs (épicurienne rappelez-vous pas maso !)

Déjà le plaisir de retrouver des amis et de parcourir ces 12 kilomètres à travers les sous-bois, longer la rivière la Mignonne, découvrir une végétation parfois étonnante, traverser des petits ponts en bois ou des plus grands en pierres, rire, chanter, parler de tout et de rien avec eux.

Ensuite le plaisir des étapes :

Première étape : la plus motivante pour l'ensemble des participants qui étaient nombreux : celle de l'apéro. Avant le départ, tous scrutaient la carte pour visualiser où se trouvait le point de ravitaillement sensé nous hydrater...

Ma petite équipe a décidé de parcourir les 12 km et non les 8 km. "Pas de réconfort sans effort", telle a été notre devise. Sauf que le crochet de 4 km se faisait avant l'étape de l'apéro, et sur ces 4 km interminables nous nous sommes retrouvés bien seuls car très peu avait été aussi courageux que nous (hein Sophie ?). Nous avons accéléré le pas car nous avons tout à coup imaginé que nos compagnons de route moins téméraires allaient boire tout et que notre pauvre gosier resterait sec.

Au loin on a fini par entendre des bruits, des paroles, des rires. A l'endroit si convoité se trouvait tout ce joli monde un verre à la main. Ouf ! On a pu trinquer avec eux.

On est repartis et quelles découvertes : le moulin de Stang Meyet, des chevaux, un âne, des fleurs magnifiques, un figuier... Trois chiens excités étaient de la balade. Un réel moment de partage avec leur maître mais aussi avec les autres.

Deuxième étape : au fond d'un petit chemin, un stand où sont installées des crêpières et nous voilà dans l'herbe avec nos joyeux drilles à déguster une galette saucisse. Délicieux, si si.

Après la galette saucisse, plus dur de repartir. Les jambes se font lourdes et le ventre est plein. Mais pas question de flancher, il nous reste encore de beaux chemins à parcourir. La nuit tombe et le décor change. On joue à se faire peur, on court, on double... Nous avons tous dix ans. Cette rando est bon enfant. Je redécouvre des endroits où enfants je venais jouer avec ma soeur et nos copines. On se baignait dans la mignonne. On pêchait... rien du tout, mais on pouvait rester des heures à espérer.

 

Troisième étape : nous sortons du sous-bois et les lampadaires de Saint Urbain sont allumés. Nous nous retrouvons dans la salle Ty Kreisker à boire le café et manger du far.

Une personne pointe ceux qui sont revenus. Certains d'entre nous auraient pu rencontrer des korrigans ou l'Ankou.

Nous sommes fatigués mais heureux de cette belle vadrouille . Un ami précise que ce soir il ne pourra faire que sa Caroline (!). Comprendra qui pourra... Pour vous aider se conférer à Boule et Bil.

Cette rando est organisée depuis 2 ans, alors ne la ratez pas l'année prochaine !

 

Informations pratiques : Toutes les actions menées par le Comité d'animation de Saint-Urbain sont visibles sur leur page Facebook.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article