J'ai testé la Fête Du Bruit

Publié le par Sophie


VENDREDI 11
 

La première personne que je croise, c'est Marion qui détient le Secret du Bonheur, preuve que je suis au bon endroit au bon moment ! Marion était là dès l'ouverture du site pour ne rien louper du festival. Son coup de coeur : les parisiennes L.E.J. (Lucie, Elisa et Juliette) avec leurs reprises rythmées. Elles avaient fait le buzz sur internet avec Summer 2015 (près de 68 millions de vues sur YouTube).


Boulevards Des Airs entre en piste. Je quitte Marion pour suivre la vague festive. Même si je ne suis pas fan du groupe, j'admire l'énergie débordante des artistes, la voix évanescente de Mélissa Doya (issue de la scène flamenca), la seule femme de BDA... Comme tout le monde, je chante "Bruxelles" et me mets à genoux à la demande du chanteur. Ce faisant, je repère près de la régie une serial cleaneuse, Jess, dont le copain rebel est le seul alentours à être resté debout ! ça me fait marrer, en tout cas, plus que les paroles "Si je reste ici, tu rentres à Bruxelles" qui tournent en boucle depuis 10 bonnes minutes.... Et l'arrivée des L.E.J. sur scène n'y changera rien... Je finis par me lasser et me dirige vers les buvettes tant qu'il n'y a pas trop la foule.


J'aperçois le tenancier du bar clandestin de Saint-Urbain qui est venu prêter main forte derrière le bar à jus de fruits. Je tiens à ce que tous mes paramètres physiologiques soient au top avant LE concert de la soirée (en ce qui me concerne : TEXAS YAY !!). J'abandonne l'idée de me sustenter Ö P'tits Oignons. Succès de dingue pour le food truck !! J'irai une autre fois. Si mes souvenirs sont bons, ils sont garés sur le parking du centre à Landerneau les mercredis soirs le reste de l'année.


Enfin, Sharleen Spiteri et sa bande arrive. OH-MY-GOD. Je suis fan ! Peut être pas autant que ce quarantenaire qui essaie de se frayer un passage jusqu'au podium avec sa pancarte "Sharleen, let me dance on stage with you". Bon la chose la plus "osée" que Sharleen fera avec ses fans landernéens, c'est de porter pendant 10 secondes leurs couvre-chefs. Je suis une fille des années 80, je connaîs par coeur les paroles des chansons de Texas. J'ai appris l'anglais avec Sharleen. L'album White on Blonde a rocké mon adolescence. A un moment donné (un moment de lucidité ?), j'ai regardé autour de moi. J'étais entourée de garçons des années 90, voire 2000. Je me suis demandée s'ils aimaient la musique autant que moi. Ils m'ont escorté tout le concert, j'ai supposé que oui, qu'ils avaient aimé. Peut être même qu'ils avaient envie de chanter à tue-tête avec Sharleen et moi, mais qu'ils n'ont juste pas osé !

 

 

 

SAMEDI 12
 

Quelque chose de grave se trame. Les licornes, les lapins roses, pikachus, et même batman rebroussent chemin. Plus aucune pancarte 'Free Hugs' à l'horizon. L'atmosphère devient sombre, inquiétante. Ambiance plombée. Les jeunes filles en fleurs ne rient plus. Les plus bouts-en-train se dégrisent illico. Eclipse solaire ? Catastrophe imminente ? Je frémis.

J'ai peur d'avoir encore plus peur !

Le rideau noir tombe. Marilyn Manson apparaît, grimé par la Mort. Seigneur des Ténèbres. Je tremble. J'ai peur. J'ai peur d'avoir encore plus peur. Je suis concentrée sur ce spectacle extraordinaire. Fascinée et sur le qui-vive. On ne sait jamais (instinct de survie). Le monde des bisounours reste derrière moi en mode "Courage, Fuyons !"

Néanmoins, au fil du concert (et sans doute des années), j'ai l'impression que Marilyn Manson s'assagit. Exit les lentilles de contact fluos, le cache-bouche, le long manteau gothique... Le rouge et le bleu s'invitent dans un code couleur jusque-là monochrome. Le chanteur est aujourd'hui plus en chair qu'en os. "Fausse" apologie de la drogue, armes blanches, symboles sataniques... C'est super glauque et cliché. Anti-conformiste et manichéen. 

PLACEBO20

 

©Franck Doat

 

Du coup, je me suis sentie plus vivante que jamais pour le concert suivant : Placebo. Comme Texas, la veille, j'attends Brian Molko et son groupe avec impatience. Placebo fête ses 20 ans. J'ai adoré leur scénographie. Je ne sais pas pourquoi, elle m'a fait pensé à la superbe affiche de la FDB de cette année. Création flashy et impertinente de l'artiste azuréen Franck Doat.

J'ai été un peu moins emballée par la playlist, trop actuelle. Je suis une fille des années 80, j'aurais aimé chanter leurs plus gros hits (genre 'Every me and every you'). Après, je comprends bien les motivations de Brian à évoluer et ne pas chanter toujours les mêmes choses. N'empêche que j'ai plus eu d'effet placebo avec Sharleen (haha).

 

 

 

 

DIMANCHE 13


"Si tu te sens un peu dingo, viens faire un tour à Landerneau !"

Ayé, je me suis Matmatahisée ! Ils ont mis la ouache les brestois. Tristan Nihouarn, le chanteur, n'a pas coupé ses mèches rebelles. Quant à Eric Digaire, bassiste, est toujours aussi Rrrrrrrr (avis perso). L'ambiance dans le public est assez folle, ce qui m'a étonné pour une 3ème journée de festival. C'est bruyant et brouillon. ça sent un peu le fauve, mais ça fait partie du "charme", n'est-ce pas ? Certains ont perfectionné leur technique pour avancer plus vite vers les buvettes. "Attention, mon copain va vomir !" que je renchéris systématiquement par un "Attention, moi, j'ai la gastro !" Mouhaha. Je me fais dragouiller par des lycéens, ce que fait de moi une cougar... Un bûcheron me parle de son élevage d'arbres, avec comme objectif final de les abattre. Massacre à la tronçonneuse. Je lui demande s'il est fan de Marilyn Manson... Les conversations avec de parfaits inconnus peuvent durer des heures à la Fête du Bruit ! 

Sia x Conchita sur du Offspring


Je piaffe d'impatience. Le concert des Offspring est imminent. Sia x Conchita Wurst se poste à côté de moi. Au premier coup d'oeil, j'ai cru qu'il/elle était nu(e) ! Le show commence. Je suis immédiatement transportée dans un campus universitaire californien, à une fête étudiante organisée par une quelconque fraternité. La bière coule à flot, on chante fort des paroles à la con ("My friend's got a girlfriend. Man he hates that bitch. He tells me every day"... Genre...), on se trémousse en imitant les clips vidéos de MTV. ça défoule ! J'adore. Même si c'est un peu bizarre de voir des quinquagénaires se prendre encore pour des jeunes de 20 ans.

 

Et puis, y'a Sia x Conchita qui danse vachement bien, presque mieux que la vraie. La Coreff a encore fait des miracles cette année ! 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article