J'ai testé le sentier de Rosmélec de Daoulas à Logonna-Daoulas

Publié le par Sophie

Point de départ : LiLi-Pont bien sûr ! :-) Je longe la rivière de Daoulas direction le sentier côtier. Le fond de la rade de Brest me séduit, la marée basse laisse apparaître  de magnifiques cheveux d'herbe qui changent de mise en plis et de coloration en fonction du vent et des nuages. Et ce bateau qui dort sur la béquille, largué là par la mer. N'est-ce pas romantique ?! 

Cheveux d'herbe

 

Largué par la mer


Je poursuis avec entrain mon chemin et j'emprunte sans le savoir une portion des "Balades photographiques de Daoulas". Le thème de cette année "Rade et Horizons lointains". J'ai flashé sur 2 photos. La première "Betty ou l'escale" de Marion Mochet, photographe professionnelle.

© Marion Mochet

 

La photo est accompagnée d'un joli texte de Christine Nicolas, de l'association daoulasienne Prim'Vers et Prose.

Puis, la photo de Mary Cailloux, du collectif Kafé Foto (j'aime bien leur site internet ! Kafé Foto est un groupe d’une dizaine de photographes amateurs, tous salariés de la même entreprise... Si vous savez laquelle ??). 

© Mary Cailloux


J'ai pris mon temps pour regarder toutes les photos, du coup, lorsque je lis sur le panneau que je suis à 8!! km de Logonna Daoulas, je presse le pas, car je n'ai pour ainsi dire pas avancé d'un iota... Je marche désormais à bon rythme, je découvre de nouveaux paysages, entre mer et campagne.

Arbres tordus

 

Entre mer et campagne

 

Je progresse dans les herbes folles. Malgré la magnifique vue plongeante sur la baie de Lanveur, mes warnings se sont mis en route. Je tourne en boucle avec des "tiques" "tiques" "tiques" "tiques"... Puis "tiques" se transforme en "Mûres", "Mûres", "Mûres" alors que de lourdes grappes de fruits rouges s'offrent à moi. Je suis obligée de manger ces baies gorgées de nectar sucré et délicieux. En les refusant, j'aurais trop peur de vexer Mère Nature ! Du coup, ma phobie des arachnides acariens est finalement vite passée.  

Herbes colorées

 

 

Les Mûres !!!! :-O


Repue, je reprends la route. Mes souliers sont loin d'être usés. J'ai dû faire 1 km grand max depuis les photos de Kafé Foto... Je ne me lasse pas des panoramas côtiers. Je prends quelques photos, mais ça reste mieux en vrai. Il y a quelques cadres accrochés le long du sentier. Je m'approche pour découvrir de petits textes en breton. 

Poème breton

'Barzh un toull-kuzh deus al lenn-vor
Ez eus ur vag o hirvoudi
C'hoant bras he deus da vont war vor
Dispaket-kaer he gouel ganti'

Je ne parle pas breton. Du coup en traduction automatique et humaine (moi, hihi !!), ça donnerait ça (vos corrections sont les bienvenues): 'À l’intérieur d'une anse protégée du vent de la mer, Il y a un bateau qui gémit, Sa grande envie d'aller en mer, Et de déployer sa belle voile’...

Haïkus bretons en tête, j'arrive enfin à la pointe de Rosmélec. Je m'offre une bonne rasade d'eau et une vue splendide sur la mer à l'ombre d'un grand arbre, seul, planté dans ce bout de monde, comme moi.

Pointe de Rosmélec

 

Si mes calculs sont exacts (et surtout d'après le panneau), il me reste 5.1 km jusque Logonna-Daoulas. Je n'ai jamais été aussi proche du but. Même les semelles de mes chaussures commencent à (légèrement) s'élimer, à moins que ça ne soit la poussière du sol.

Fond de rade

 

 

Plaisance et ostréiculture


Je croise quelques aquarellistes et gouachistes. Les décors de marée basses sont les plus beaux ! J'aimerais me faufiler derrière eux et regarder leurs oeuvres prendrent vie. Je n'ose pas et je fais bien. Comme si on commentait mes tournures de phrases alors que j'écris cet article. NON MAIS !

Aquarelliste


Enfin, j'arrive dans un petit port tout mignonnet ! Qui me semble si familier... Je reconnaîs l'entreprise d'ostréiculture sur ma gauche, le grand pied bleu d'Iroise Bien Être sur ma droite. Mon Dieu ! Je suis au "Woodstock de la mer", à Pors Beac'h. Je suis à Logonna -Daoulas. YaY ! Je viens de relier avec bonheur deux de mes adresses préférées (LiLi-Pont et Iroise Bien Être) du pays de Landerneau Daoulas. 


La suite du sentier côtier au prochain numéro !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylvie 18/02/2019 08:39

Moi aussi je l'ai vu ce poême ! Je l'adore !

Si je peux me permettre, la traduction serait plutôt :

Dans un trou caché de la rade
Il y a un bateau qui gémit
Il a grande envie d'aller sur la mer
Avec sa voile bien dépliée

lenn-vor = lac-mer = rade