J'ai testé le quartier Saint Thomas

Publié le par Nelly

C’était la journée du patrimoine, il ne pleuvait pas… Je décide d’aller me promener dans ma ville que je crois connaître. Je rejoins un groupe place Saint-Thomas pour une visite organisée par la mairie de Landerneau.

Au final, je connais les lieux, les monuments mais pas leur histoire.  Je découvre que la place Saint-Thomas était le point névralgique de la ville.

Je bois les paroles de notre guide Anne-Marie Prigent, conseillère municipale en charge du patrimoine, professeure d’histoire à la retraite, et passionnée par la ville qui l'a vue naître. Et j’en apprends des choses…

L’église Saint-Thomas

J’apprends donc que l’église Saint-Thomas érigée en 1218 ne doit pas son nom à l’apôtre mais à l’archevêque de Canterbury (nommé aussi Thomas Becket, ou Thomas À-Becket ou Thomas de Londres).  Ce sanctuaire construit  par Hervé Ier de Léon à Landerneau lui est  dédié car assassiné par Henri II d’Angleterre et vainqueur du père d’Hervé Ier en 1167. On peut remarquer que l’église est construite en partie avec les pierres jaunes de Logonna. Vous pourrez aussi voir des pierres foncées, celles de Kersanton.

l'entrée de l'église

 

Le calvaire

Le calvaire présent n’est pas celui de l’enclos initial. L’urbanisation en est la cause.

 

L'ossuaire de Saint-Cadou

L’ossuaire n’a jamais reçu d’ossements. Il date de 1635. Notre guide nous fait remarquer que sur l’édifice est sculpté la date de sa construction. Lui aussi est construit avec la pierre jaune de Logonna. Il est inscrit aux Monuments historiques. A l’intérieur, vous y trouverez des panneaux qui vous expliquent l’ossuaire et vous font découvrir des sculpteurs locaux notamment Roland Doré. Vous y découvrirez aussi quelques sculptures. A la révolution, il a servi d’atelier de cordonnerie pour fabriquer les chaussures pour les troupes. Ensuite, il a servi de maison d’habitation.

A l’extérieur, Madame Prigent nous fait observer que sur le pignon qui fait face à la place, une des pierres a comme une excroissance. C’est comme une forme de bonnet. On apprend qu’il s’agit d’une des charnières servant au portail de l’enclos. C’est le seul vestige qu’il reste du mur et du portail.

Il faut savoir qu’un enclos montrait la richesse d’une ville. Landerneau connaissait une économie prospère grâce au commerce maritime.

L'ossuaire de Saint Cadou
Une charnière

 

Un carrefour essentiel

C’était un lieu stratégique. C’est l’endroit où transitaient les marchandises, principalement des toiles de lin et de chanvre, des pierres, qui venaient ou partaient par bateaux.  Vous pouvez voir la venelle qui menait au port : il s’agit aujourd’hui de la Rue aux Fruits. Ensuite, sur cette place se trouvaient la route de Daoulas qui menait à Quimper (aujourd’hui rue Jean-Louis Rolland) et la route de Plougastel (aujourd’hui rue Henri Bourhis).

 

Le marché

Croisement entre voies maritime et terrestre, le quartier Saint-Thomas était un lieu stratégique pour accueillir des marchés. Marché aux chevaux, tissus, fils, beurre, grains,...Dans les années 1870 un marché aux pommes aurait aussi existé. Ce marché a été immortalisé par l'artiste naturaliste Léon Lhermitte. Cependant, même si ce peintre est venu à Landerneau il n’est pas sûr que ce marché soit réel. Il se peut que ce soit une liberté de l’artiste, comme celle d’avoir peint un autre calvaire que celui de l’enclos.

Le marché aux pommes de Léon Lhermitte

 

La maison des treize lunes

Je connais cette maison dite des treize lunes. Je me souviens que pour mes premiers cours de natation, maman m’a acheté mon bonnet de bain dans un magasin de sport qui s’y trouvait.  Aujourd’hui, elle appartient à un particulier mais elle est vide. Notre guide nous fait découvrir les 13 lunes qui figurent sur les pierres de la façade datant du 16ème siècle. Je les vois alors pour la première fois ! Cette demeure est classée Monument historique. Elle a comme particularité d’être à Pondalez (à pans de bois) qui est normalement une spécialité morlaisienne !

La maison des treize lunes
Une des treize lunes

 

Bien d’autres choses à découvrir sur ce quartier…Notamment la maison de Notre Dame de Rumengol. A vous d’aller vous promener et surtout levez le regard ! Je vous ai transmis ce que j’ai retenu et le fruit de quelque recherches. N’hésitez pas à laisser des commentaires si vous avez des points à rajouter ou à rectifier !

 

Statue de Notre Dame de Rumengol

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article