J'ai testé un atelier d'art-thérapie

Publié le par Sophie

Annaïg a grandi à Saint-Urbain. Elle a couru dans les champs de blé et de maïs, construit des cabanes sur les terres des de Boisanger, fait du camping chez les voisins... Aujourd’hui, la jeune femme continue de crapahuter hors des sentiers battus, avec force, caractère et générosité. Après une multitude de péripéties colorées, Annaïg se lance dans la grande aventure de l’auto-entreprenariat en créant en août dernier L’Atelier de Gaïann, son nom d’artiste.

 

Annaïg Louboutin, art-thérapeute

 

Annaïg est art-thérapeute. Elle propose régulièrement des après-midi ou des journées art-thérapie, autour de supports artistiques (aquarelle, collage, mandala, etc.), pour des particuliers (en individuel ou en groupe). Depuis quelques mois, elle intervient également chaque semaine à l’Hôpital de Cornouaille, à Quimper, pour le compte de l’Association Entraide Cancer : les séances d’art-thérapie sont destinées à des patients volontaires suivis en oncologie ou ayant fréquenté l’Abri (espace de parole) de l’association. Depuis plusieurs années, l’art-thérapie est considérée dans cet hôpital comme un des « soins supports » proposés, à côté des traitements médicaux habituels (radiothérapie et chimiothérapie).

 

Aquarelle (à gauche), Collage (à droite) imprimés en format carte postale

 

C’est sur le large canapé du bar clandestin de Saint-Urbain (… Seuls les Saint-Urbanais pure souche connaissent la véritable identité du propriétaire de la gargote MOUHAHA !) qu’Annaïg m’a parlé des ateliers d’art-thérapie qu’elle organise : « Je pense notamment à un atelier sur le thème « Mon Arbre de Vie » qui pourrait t’intéresser et t’aider à mûrir les projets que tu as en tête. » Comme les choses n’arrivent jamais par hasard, je « tope-là » avec Annaïg et nous trinquons à La Mignonne.

 

Gros plan sur Mon arbre que j'aiMe

Quelques semaines plus tard, je reçois ma « convocation » à l’Atelier de Gaïann. Je réserve un samedi entier pour l’élaboration de mon arbre de vie. De MES arbres de vie devrais-je dire. En effet, la journée se déroule en trois temps : un temps de réflexion personnelle autour d’un arbre « schématique » (Les racines : de quoi je me nourris. Le tronc : comment je me structure. Les branches : quels sont mes rêves et aspirations), pour « contenter le mental »…. Puis le dessin spontané de mon arbre de vie (d’un arbre que j’aime) avec des pastels, des crayons gras, des feutres, etc. Tout le matériel est fourni par l’art-thérapeute. L’idée est alors de se concentrer davantage sur la structure. Enfin, pour clore la journée, Annaïg nous propose de  réaliser un collage. J’ai adoré découper dans de vieilles pages de magazines, avoir les doigts qui collent… ça m’a rappelé l’école primaire, la création sans but ni limite ! Un des objectifs de l’art-thérapie étant justement de permettre aux personnes de réveiller ou de développer leur potentiel créatif… Potentiel que chacun de nous possède dès la naissance.

 

Avec les deux autres personnes présentes, le courant est très bien passé. Nous étions là pour la même chose, apprendre à nous connaître, nous révéler à nous-même et aux autres. Dès les premiers instants, j’ai ressenti respect, bienveillance et confiance. What happens in Vegas, stays in Vegas. Nous nous sommes chacune livrée sans difficulté, dans le respect de la personnalité plus ou moins pudique de chacune.

 

Fleur qui sourit. Biche ô Ma Biche.

 

Pour ceux qui ont peur de ne pas assez bien dessiner, aucune crainte à avoir ! Le dessin n’est vraiment pas l’essentiel. D’ailleurs, pour l’exercice du collage, j’étais tellement inspirée que j’en ai oublié de suivre la consigne, c'est-à-dire la thématique du jour ! Aucun arbre, pas même un mini arbrisseau à l’horizon de ma page A1. J’ai complètement zappé. Mais peu importe, je me suis autorisée à être moi-même ! J’ai collé une biche dorée en bas à droite… L’occasion pour Annaïg de nous lire un extrait du magnifique Oracle du Peuple animal pour me fournir un autre éclairage sur ce que j’avais inconsciemment réalisé. Voici le symbolisme de la biche : Possibilité de se mouvoir à travers la vie et de contourner les obstacles avec grâce… « Ça me va très bien la biche ! » m’exclamé-je.

 

Je ne vais pas entrer dans tous les détails de mes « œuvres » du jour car cela n’a pas trop d’intérêt pour vous. Une des pistes de réflexion que m’a suggérée Annaïg est de réfléchir à la place du féminin et du masculin dans ma vie, et comment ces parts différentes et complémentaires peuvent s’équilibrer en moi... Je dois dire que j’ai pas bien compris sur le coup. Je me défends d’être « féminine » sous peine de passer pour sexiste. En fait, c’est bien plus profond et subtil que cela ! « Vois du côté de la philosophie chinoise, le concept du Yin (féminin) et du Yang  (masculin), ça peut t’aider à enrichir ta réflexion. » ...enrichir ta réflexionplémentaires in dans ma vie, et comment elles s'...

 

Nous avons terminé la journée sur les rotules, complètement vidées. J’ai été surprise de voir qu’il faisait déjà nuit dehors et qu’il pleuvait ! Je restais intriguée par cette histoire de biche : Pourquoi ai-je collé une biche et non pas un chaton ou un panda ?! L'art-thérapeute m'explique: « Parce que pendant que tu t’amuses, ton inconscient en profite - mine de rien - pour attirer ton attention - via tes yeux ! - sur des images qui ont un message à te donner… par mon intermédiaire ! »

Avant de partir, Annaïg a proposé à chacune de tirer une dernière carte, issue de la série des arbres du coffret Féminitude, de Monique Grande, illustrée par Myrrha. La carte que j’ai tirée m’a soufflée !! Je ne vous en dirai pas plus, mais je soupçonne fortement Annaïg d’être une gentille sorcière. 

 

Annaïg Louboutin est aujourd'hui art thérapeute à La boîte à aider à Lorient | Brest | Quimper | Morlaix 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article