J'ai testé Henry Moore

Publié le par Nelly

 Me voilà encore invitée à un vernissage... Cette fois-ci par un ami commerçant. Direction le Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour l'exposition d’œuvres du sculpteur anglais Henry Moore. J'avoue ne pas connaître cet artiste. Comme pour l'inauguration Hans Hartung, j'ai fait mes recherches sur internet afin d'en connaître un peu sur lui. Blonde mais pas que...

 

Je suis rassurée car il n'est pas si connu en France bien qu'il ait un rayonnement à l'international. Il a pourtant côtoyé Picasso et Giacometti à Paris. Seule une véritable exposition en France lui a été consacrée par la fondation Maegh à Saint-Paul-de-Vence.

Je me dis que les gens présents n'en sauront pas beaucoup plus que moi, voire moins. 

Mort en 1986, il a utilisé essentiellement deux techniques :

- la taille dans le marbre ou dans du bois, et

- le modelage à l'argile ou en plâtre suivi d'un moulage en bronze.

Suis-je légitime d'émettre un avis sur une œuvre n'étant pas une spécialiste de l'art ? La curiosité et l'ouverture d'esprit ne sont-ils pas suffisants ?

Pour apprécier, il faut, sois-disant, comprendre et pour comprendre il faut connaître la vie de l'artiste, les techniques qu'il emploie...

Cultivée ou pas en art, on sait si l’œuvre nous touche ou pas. Chacun est libre de son opinion. Je me rends donc à l'exposition en tant que non initiée et pas gênée de l'être.

Stringed Figure 1938 Bronze et Fils
 
Henry Moore représente principalement des figures humaines. Souvent des femmes allongées dont on reconnaît quelques parties du corps mais pas toutes. Ces dernières ne sont pas forcement à leur place originelle. Ses sculptures sont pour la plupart monumentales.
 
Reclining Figure - Angles, 1979. Plâtre avec marques colorées

 

J'ai observé, comme j'ai pu, les dessins de l'artiste puis ses sculptures en me faufilant à travers la foule. J'avais envie de toucher ces dernières car elles sont rondeurs et paraissent douces, soyeuses. Je ne peux alors qu'imaginer la sensation du bronze ou du bois sous ma main.

Family Group, 1948-49, bronze

 

D'autres sculptures, rondes aussi, possèdent pourtant des pointes essayant de se rejoindre. Une autre envie irrésistible : passer le doigt entre ces aiguilles. La photo de Henry Moore à l'entrée de l'exposition me fait  rappeler que ses pouces essaient aussi de se rejoindre... Bon, c'est mon interprétation...

« tout art doit avoir un certain mystère et doit interroger le spectateur. Donner à une sculpture ou à un dessin un titre trop explicite enlève une part de ce mystère » Henry Moore

J'ai pu converser un moment avec Madame Hélène Leclerc. Elle est venue à notre rencontre. Elle est enthousiaste, souriante. Elle dit que c'est très enrichissant de côtoyer le milieu des artistes, qu'elle rencontre des gens passionnants.

Une coupe de champagne sous la pluie Bretonne a clôturé cette belle découverte.

"L'homme sans culture est un arbre sans fruit" Antoine de Rivarol

Si comme moi vous ne voulez pas être un résinifère stérile venez découvrir Henry Moore !

Three points, 1939-40, fer
Le dessin avant la scupture

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Informations pratiques :
Henry Moore au Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la culture
A Landerneau,
Du 10 juin au 4 novembre,
Tous les jours de 10 h à 19 h jusqu’à fin août, de 10 h à 18 h de septembre à novembre. Tarifs : 6/8 €, gratuité moins de 18 ans, étudiants, demandeurs d’emploi…
 
Mais aussi sculptures monumentales visibles en plein air : Large Reclining Figure (1964) réalisée en fibre de verre (340 x 900 x 310 cm) sur le parking du quai du Léon et The Arch (1963-69), en fibre de verre, place de la Mairie.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article