J'ai testé Nature morte dans un fossé au Pégase à La Martyre

Publié le par Nelly

 

Première fois que je mets les pieds dans ce bar de La Martyre, Le Pégase. Première fois que je vais assister à une pièce de théâtre dans un bar. Première fois que j'assiste à un polar dans une pièce de théâtre.

Le Pégase - La Martyre

Tout commence dans le noir, puis lumière sur un homme assis sur un tabouret. Il nous raconte en direct sa soirée. Nous sommes en Italie. Une grosse à lunettes le drague. Elle ne lui plait pas mais, il finira par partir avec elle en voiture. Il la déposera une fois la chose faite... Il percute un arbre. Sa voiture ne redémarre pas, il en descend, marche dans un fossé sur un cadavre nu d'une jeune femme. Et tout s'enchaine. Plusieurs personnages viendront tour à tour nous raconter l'affaire. Tous ces instigateurs sont joués par deux acteurs : Bérangère Notta et Guillaume Doucet, et pour seul décor le tabouret. Les deux comédiens sont aussi les metteurs en scène.

L'intérieur du Pégase - la scène

 

Ce qui est bluffant c'est que vous avez l'impression d'être en train de lire un polar et que toute votre imagination fait le reste.

Le jeu des acteurs, qui sont à la fois la mère, le père, l'ami de la jeune fille morte, l'inspecteur, le dealer, la prostituée nous transporte dans ce polar de Fausto Paravidino et nous maintient en haleine. Vous avez les personnages proches de vous et qui vous regardent dans les yeux. Sensation étrange quand vous avez la mère démolie par la mort de sa fille, ou le dealer qui se met à hurler.

Après la représentation, Sophie et moi discutons avec Guillaume. Nous saluons sa performance et celle de Bérangère. Nous apprenons entre autres que comme les deux acteurs ne sont jamais ensemble sur scène (et donc jamais ensemble derrière le rideau), ils communiquent par post-it ! Nous nous demandons ce que Bérangère avait écrit à son partenaire lorsque ce dernier - jouant un dealer de drogue - avait été interpellé par un jeune homme du public par un "C'est ma vie !" venant du fond du coeur. Ou encore lorsqu'une femme avait vomi à ses pieds... Pouah !

Guillaume Doucet seul en scène

 

C'est le parti pris par L'Atelier Culturel de Landerneau en faisant venir des troupes qui proposent des pièces qui peuvent être jouées dans de petits lieux. Belle idée d'avoir accueilli Le Groupe Vertigo de Rennes qui a aussi joué au bar Le Stiff à Landerneau et au Café de la Gare à La Forest Landerneau.

Une trentaine de spectateurs dont Sophie et moi !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article