J’ai testé la naissance d’une association pour promouvoir les déplacements doux

Publié le par Sophie

Et ce fut très émouvant ! La veille, j’avais lu dans la presse locale qu’une réunion publique était organisée à l’initiative de deux landernéens, Michel Tessier et Charly Jouet, au café Le Stiff. Une réunion à propos des déplacements doux dans la ville et les alentours. Ce qui a le plus motivé Nelly à m’accompagner, ce n’était non pas le thème de la discussion, mais l’endroit où elle se tenait : « Le Stiff, c’est toute mon adolescence, Sophie ! Tu ne te rends pas compte !! Qu’est-ce que j’en ai passé des soirées là-bas avant d’aller aux Korrigans... »

Table ronde (rectangulaire) au café Le Stiff

A 20 heures donc, nous nous sommes retrouvées au Stiff pour une table ronde (plutôt rectangle) avec une quinzaine de personnes intéressées par le développement des modes de transports sans moteurs : la marche à pied, le vélo, le roller, la trottinette, la planche à roulette… La problématique du partage de la voie (notamment entre les voitures et les vélos, et entre les vélos et les piétons) concerne de plus en plus la population dans son ensemble étant donné les enjeux socio-écologiques inhérents à l’urbanisation croissante.

Michel Tessier est le premier autour de la table à se présenter. Ayant la fibre écolo (il arbore sur sa veste un badge Héol et sur son pull un petit coquelicot en tissu), il rêve d’un monde où se déplacer en voiture n’est plus un réflexe et devient même la dernière des solutions. Aujourd’hui, il estime qu’il est encore difficile de trouver sa place sur la voie par rapport à la voiture, malgré les pistes cyclables et autres chaucidoux. Pour lui, le changement de paradigme passe par de la sensibilisation, des actions militantes, de la mise en relation avec les élus, les associations et les recycleries du territoire.

Charly Jouet, la vingtaine, vif, curieux et beau gosse (si ça peut attirer la gente féminine dans les mailles du filet de la néo-asso… haha !) souhaite découvrir les nouvelles pratiques du vélo (et autres transports doux), les nouveaux métiers en train de se créer avec l’ubérisation de l’économie (services permettant aux professionnels et aux clients de se mettre en contact direct). Aussi, en plus d’organiser des ateliers de réparation et d’entretien de vélos, le jeune homme réfléchit-il à mettre en place des événements de sensibilisation (conférences, projections…) en créant des partenariats avec d’autres organismes qui œuvrent déjà sur les différentes thématiques de la mobilité douce.

La retraitée a la chance d’habiter en centre-ville et d’avoir travaillé toute sa carrière rue de la Fontaine Blanche, ce que lui a permis de presque pouvoir « tout faire à pied », « même si la cohabitation avec les vélos est dangereuse… », et qu’à Landerneau, en général, « les voitures roulent vite malgré les zones à 20 et les rues à priorité piétonne. »

Jean-François Bodilis fait partie de l’opposition au conseil municipal (Landerneau à Gauche). J’ai parcouru quelques articles sur internet où il explique notamment l’importance de maintenir les petites lignes SNCF. L’élu habite sur les hauteurs de Kergreis, donc effectuer tous ses trajets quotidiens à vélo relèverait de l’exploit sportif, d’où l’idée de combiner plusieurs modes de transport pour relier un point A à un point B.

Michel Tessier et Charly Jouet © Ouest-France

 

Guy est l’ancien patron des Cycles Le Gall. « Mon premier vélo ! » s’exclame Nelly lorsque le retraité se présente. Il est aujourd’hui président du club de cyclotourisme de Landerneau, affilié à la FFV. Forte de ses 140 adhérents, l’association propose des sorties les dimanches et jours fériés toute l’année. L’ambition du club : « Rajeunir l’image du vélo » et créer une école du vélo car le vélo, contrairement au dicton populaire, « ça s’oublie » !

Mickaël me rappelle ainsi que tester les vélo-routes de France et celles de Navarre fait partie de ma bucket list (ma liste de rêves). Le jeune homme évoque également l’association brestoise, la BaPaV | Brest à Pied et à Vélo, dont le site fourmille d’idées et d’actions inspirantes pour la future association landernéenne.

Devant la petite assemblée d’inconnus, je raconte mon rêve de la veille (aucune honte) : « J’ai rêvé que je faisais du tandem. Du coup, quand j’ai vu qu’était organisée une réunion sur la mobilité douce à Landerneau, je me suis dit que c’était un signe. » Et Nelly de renchérir : « Moi, en rentrant du travail, j’ai doublé un chien, truffe au vent, les pattes accrochées aux épaules de son maître, l’arrière train bien posé sur le porte bagage, qui avait l’air de beaucoup apprécier la balade proposée par son cycliste de maître. Vé-ri-di-que !! »  

Graziella Melchior, députée LREM de la 5ème circonscription du Finistère, s’interroge sur les manières de réduire nos coûts de déplacement et notre dépendance à la voiture. « Il s’agit d’une réflexion à la fois économique, écologique et sociale. » Comment encourager les seniors à privilégier les modes doux et les transports en commun ? Comment les entreprises peuvent-elles favoriser les déplacements multi modaux ? La députée nous pose également la question du temps (le temps, c’est de l’argent) et du temps (l’imprévisibilité de la météo bretonne). Et Charly de s’enthousiasmer : « Le vélo sous la pluie, c’est plutôt grisant ! »

En continuant le tour de table, d’autres idées et pratiques inspirantes émergent. Ainsi, Lucas qui effectue trois fois par semaine le trajet Landerneau – Plougastel Daoulas en vélo suscite l’admiration de tous.
 

Avec les mairies et la CCPLD
•    Organisation du transport en commun autour des zones économiques d’activité au profit des salariés, sensibilisation dans les entreprises du territoire
•    Création d’une plate-forme de mobilité à l’échelle du bassin de vie et d’emploi pour mieux informer des différents modes de déplacements : site de
covoiturage gratuit en Finistère, mise en place de Cabanes à pouces comme à Plougastel-Daoulas, facilitation du transport ferroviaire, aménagement de nouvelles pistes cyclables intercommunales, possibilité de louer ou d’emprunter gratuitement des vélos
•    Participer activement à la
Semaine européenne de la mobilité

Avec les associations, les commerçants et les écoles
•    Organiser des rando vélos, rollers, trottinettes, gyropodes, kayaks… avec la
Maison Pour Tous, Les cyclotouristes landernéens, pourquoi pas les centres nautiques de Moulin Mer, de Rostiviec et des Alligators.
•    Participer aux ateliers de réparation des vélos avec les recycleries locales :
Le Triporteur à Plouédern et La Recyclerie d’Irvillac.
•    Favoriser le prêt ou location de vélo : par l’intermédiaire du SEL (Système d’Echange Local) Elorn du pays de Landerneau (si l’association existe toujours ?)
•    Participer à des actions initiées par des commerçants (par exemple le prêt de vélos électriques « pour essayer ») comme Cycles Le Gall et Cycles Coroller.


Si vous avez d’autres idées, que vous êtes motivés, la toute nouvelle association est à la recherche de bénévoles et d’un nom accrocheur et original ! N’hésitez pas à vous renseigner aux adresses suivantes : micheltessier@laposte.net
ou charlyjouet@yahoo.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article