J'ai testé m'habiller en seconde main

Publié le par Sophie

Initialement, c’est le blog de Béa Johnson, une française installée aux USA, qui a éveillé mon intérêt pour la « simplicité volontaire », et plus généralement le concept de décroissance. C'était il y a 7 ou 8 ans. Depuis, l’écocitoyenne modèle que j’essaie de devenir se creuse beaucoup les méninges pour mettre en application les fameux 5 R de Béa, qui sont des réponses (plus ou moins simples) au problème de gestion des déchets. 

Les Rrrrr à retenir : 
• Refuse = Refuser au maximum les échantillons gratuits, les objets promotionnels, publicités, sacs / gobelets en plastique, ce dont nous n’avons pas besoin (le R le + important pour Béa Johnson et elle a raison !), 
• Reduce = Réduire notre consommation actuelle et future, ainsi que les activités qui génèrent de la consommation, 
• Reuse = Réutiliser, acheter malin et de seconde main (Les dépôts-ventes !!!!!! he he), apprendre à réparer au lieu de jeter, 
• Recycle = Recycler ce qui ne peut être refusé, réduit ou réutilisé, 
• Rot = Composter ce qui reste. 
  
J’ai passé en revue ces 5 R. J’ai réfléchi à ce que je pouvais changer dans ma vie pour réduire mon empreinte carbone, à ce dont je n’avais pas, plus ou jamais eu besoin d’avoir ou de faire……. En revanche, j'aurai toujours besoin de me laver, de m'habiller, de manger… Alors, comment faire ? 

C’est ainsi que j’ai pensé aux friperies, dépôts vente, vide dressings… pour mon vestiaire, au lieu d’aller faire les soldes et d’acheter du Made in China à -70%. Malheureusement, on ne peut pas dire qu’il y ait pléthore de choix au Pays de Landerneau-Daoulas. Glemel & Galea est le seul dépôt-vente de vêtements (à ma connaissance) situé à Landerneau et il vient de FERMER ses portes !

Glemel & Galea : CLOSED !

C'est dommage car la boutique était assez bien rangée, par type de vêtements et taille, et les « nouveautés » présentées au centre de la pièce ou sur un mannequin. Les prix me paraissaient correctes, quoiqu'un peu élevés pour certaines pièces. L’industrie des vêtements de seconde main ayant le vent en poupe, certains commerçants ont tendance à en profiter pour augmenter leurs marges. Donc méfiance !

J'étais à la recherche d'un pantalon et bien sûr j'ai jeté mon dévolu sur le jean à la coupe la plus originale : pour la sobriété volontaire, on repassera ! Et finalement, j'ai été agréablement surprise car au regard de ce que j'ai déjà dans ma garde-robe, ça le fera hiver comme été, printemps comme automne malgré la coupe ¾ resserrée aux chevilles. Je suis super contente de mon achat. Ce jean Desigual de seconde main est devenu mon jean préféré.

Dans la cabine d'essayage de feu Glemel et Galéa

Vous restez sur votre faim avec cette seule adresse qui n'existe même plus ?! Vous pouvez tenter votre chance dans les recycleries Le Tri Porteur à Plouédern et La Recyclerie du Pays de Daoulas à Irvillac, à la vestiboutique de la Croix Rouge ou au vestiaire du Secours Populaire (ces deux adresses sont ouvertes à tous et sans condition), sur le Leboncoin ou Vinted, lors des nombreuses braderies de la région, les gratiférias organisées par l’association Zero Waste Finistère où vous pouvez trouver des vêtements gratuits !

La première gratiféria de la communauté de communes à #LaMartyre !

 

Et pour les enfants (qui grandissent si vite !), Picoti Picota, dépôt-vente de vêtements et d'articles de puériculture, a ouvert ses portes en septembre, 29 rue de la Fontaine blanche. Certainement l'occasion d'un prochain article.

Photo Picoti Picota

 

Les adresses de friperies les plus proches sont donc désormais à Brest. 

Les friperies à Brest

Hors plan, il y a ABI Shop Brest, 24 rue de l'eau blanche et Emmaüs, 190 rue de Gouesnou.

Je vous copie/colle l'avis de Julie, modeuse brestoise que j'avais rencontrée lors d'une collecte de mégots à Landerneau organisée en collaboration avec l'entreprise MéGO! et Ara Hôtel, sur les friperies brestoises :

<< J'estime qu'une friperie intéressante c'est celle où tu trouves des vêtements et accessoires vraiment pas chers. A Brest, il y a MAD Vintage, 91 rue de Siam, qui est une chaîne de frip'. Ils ont de super fringues mais chères. Il y a aussi Friperie 29 en bas de la rue de Siam (au 23), c'est assez cool. Il y a des pièces de marque, mais pareil les prix restent élevés. Après, je ne connais pas les autres adresses, mais s'il y en avait vraiment de bien, je serai au courant je pense. Le plus intéressant, c'est d'aller chez Emmaüs, c'est là que je trouve des trucs principalement. >>

Et l'avis de ma copine Agnès dont je ne vous ai encore jamais parlé mais qui habite Brest-même :

<< Je connais Rêves de mer, c'est intéressant comme boutique, ça fait des années qu'elle existe. Pour certains articles, je trouve un peu cher. Par exemple, j'ai vu des fringues Etam plus chères que du neuf soldé. Mais pour s'offrir un vêtement un peu haut de gamme à prix abordable, c'est top. J'y ai trouvé une chemise Marc Darel très jolie pour une vingtaine d'euros. J'aime bien y faire un tour de temps en temps. Ça paraît cher pour du seconde main, surtout si tu compares à Vinted ou autres, mais c'est un endroit intéressant pour quelqu'un qui veut soigner son apparence sans passer par du neuf et en gardant un modèle de shopping "à l'ancienne". Sinon pour étendre à d'autres friperies, il y les associations comme Abi Shop ou Emmaüs dont l'offre est très aléatoire. >>

Merci Julie et Agnès pour vos témoignagnes ! Si vous avez des avis sur les adresses évoquées ou autres, n'hésitez pas à les laisser en commentaires.

Compte Instagram @mauduchka

S'habiller volontairement avec des vêtements de seconde main est en train d'entrer dans les moeurs. C'est une très bonne nouvelle lorsque l'on sait que l'industrie textile est la seconde la plus polluante au monde, sans parler des conditions de travail en Asie. Le compte Instagram de @mauduchka « acheter, c'est cautionner » est très instructif en ce sens.

Maintenant, j’y réfléchis à deux fois avant d’acheter un vêtement neuf car 1) la fripe est en bon état, souvent comme neuve 2) mon porte-feuille me dit merci 3) et la planète aussi !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article